Go Top

Matinale: Peut-on échapper à la psychopathologie?

Mardi 19.05.2020
  • Date et horaire : mardi 19 mai 2020 de 8h30 à 12h
  • Lieu : Genève, Auditoire de la Fondation Louis Jeantet, route de Florissant 77
  • Entrée libre sur inscription en ligne

Echapper psychopathologie 2020

Le service d’addictologie des Hôpitaux universitaires de Genève annonce la matinée de conférences et débats sur la psychopathologie.

Toute théorie relative au fonctionnement de l’être humain fait appel à un ensemble de représentations philosophiques et idéologiques le concernant. Face aux souffrances des personnes qui nous consultent, le cheminement que nous allons leur proposer dépend de ces fondements et du regard que l’on pose sur la différence et les diverses façons d’être au monde.

Actuellement, c’est la perspective psychopathologique consignée dans le DSM ou la CIM qui sert de base aux professionnel·les de la santé mentale de façon quasi hégémonique. Cette matinée se propose d’explorer d’autres chemins possibles.

Au programme

  • Rodolphe Soulignac, psychologue spécialiste en psychothérapie OFSP : L’Eupsychologie comme alternative à la psychopathologie
  • Ariella Machado, psychologue FSP, et Laetitia Fornerone, infirmière spécialisée : Auto-évaluation des ressources AERES. Les ressources, une source de motivation
  • Prof. Angelika Güsewell,
Haute Ecole de Musique de Lausanne : Psychologie positive. Développer les potentialités au lieu de soigner les pathologies
  • Prof. Francesco Panese, Institut des humanités en médecine, CHUV : Les définitions des troubles mentaux comme enjeu politique. Pouvoirs controversés de la psychopathologie entre soin et contrôle social
  • Table ronde : Peut-on échapper à la psychopathologie ?


Renseignements : Florence Duchoud, tél. 022 372 57 59, route de Florissant 77,

Journée de formation reconnue comme 3 heures de formation continue par la SSPP


En savoir plus

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Pour agir contre le harcèlement entre élèves
Jeudi 27.02.2020
Par Marlène Charpentier
Le harcèlement concerne en moyenne un à deux élèves par classe. Ce phénomène a de quoi inquiéter. Une évaluation de la Cour des comptes genevoise met l’accent sur la nécessité du renforcement de la formation des enseignant·e·s.