Go Top

Congrès suisse des sages-femmes sur la «Résilience»

Jeudi 28.05.2020
  • Date : jeudi 28 mai 2020
  • Lieu : Locarno, Palexpo FEVI
  • Coût : 255 frs, 365 frs pour les non-membres, tarifs par ateliers possibles
  • Inscription en ligne

Logo Fed suisse sages femmes

La Fédération suisse des sages-femmes annonce son Congrès national 2020 sur le thème de la «Résilience».

Le programme du Congrès suisse des sages-femmes a été conçu pour tenir compte des divers centres d’intérêt de la profession, de l’évolution constante de notre société et de tout ce qui entoure la naissance d’un enfant. La «résilience» sera le fil rouge des interventions et ateliers.


Matin

  • 09h40-10h10 Traitements contre 
l’infertilité en 2020. Par Alessandro Santi
  • 10h10-10h40 La naissance d’un enfant modifie
les besoins, notamment les besoins sexuels – comment soutenir les nouveaux parents? Par Claudia Pesenti-Salzmann
  • 11h10-11h50 La métamorphose en mère – la comprendre pour faciliter le passage. Par Nadia Bruschweiler-Stern
  • 11h50-12h20 Nouvelle société, nouveaux pères, nouveaux hommes? Par Gilles Crettenand


Après-midi

  • 14h00-14h30 Une autre perspective: la naissance
 du point de vue de l’enfant. Par 
Jeanine Koch
  • 14h30-15h00 Résilience et fonction de la musculature en rééducation périnéale. Par Donatella Giraudo
  • 15h40-16h00 Qu’est-ce qui motive les sages-
femmes à rester dans la profession?
 Par Liesa Beier
  • 16h00-16h20 La satisfaction professionnelle 
et l’introduction d’un projet géré par 
les sages-femmes. Par Susanne Grylka


En parallèle

  • De nombreux ateliers en quatre langues sont organisés en parallèle
  • Présentation de posters et concours, des stands d’exposants et de sponsors.

 

La veille du Congrès a lieu l'assemblée des délégué·e·s de la Fédération suisse des sages-femmes

 

Site dédié

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Pour agir contre le harcèlement entre élèves
Jeudi 27.02.2020
Par Marlène Charpentier
Le harcèlement concerne en moyenne un à deux élèves par classe. Ce phénomène a de quoi inquiéter. Une évaluation de la Cour des comptes genevoise met l’accent sur la nécessité du renforcement de la formation des enseignant·e·s.