Go Top

Pour que les employeur·se·s engagent des réfugié·e·s!

Mercredi 26.08.2020

Refugeesatwork

Le nouveau site internet Refugees@work vise à sensibiliser les employeurs et employeuses aux nouvelles dispositions légales relatives à l’engagement de réfugié·e·s (permis, prise d'emploi, insertion professionnelle).

Lancé en 2018, le réseau Refugees@work est un groupe de travail et un espace de partage réunissant des entreprises privées et des institutions publiques, dont l’Université de Genève. L’initiative promeut l’innovation sociale pour faciliter l’intégration des personnes réfugiées au monde du travail en Suisse romande. L’équipe coordonne également des campagnes de communication (par exemple les journées annuelles Hackathon) à travers lesquelles le réseau met à disposition des entreprises, des associations et des institutions publiques, les informations nécessaires pour faciliter l’engagement des personnes réfugiées.


Parmi les nombreux avantages présentés :

  • Les personnes réfugiées (titulaires du permis F ou B réfugié) peuvent être facilement engagées par les entreprises, partout en Suisse et dans tous les secteurs d’activités.
  • Ces personnes sont des collaborateurs et des collaboratrices faisant preuve d’un haut niveau de motivation, de loyauté et de disponibilité. Leur démarche est par ailleurs volontaire.
  • La procédure est simplifiée via une annonce en ligne : les titulaires du permis F/B peuvent immédiatement travailler.
  • L’Agenda Intégration Suisse mis en place par la Confédération assure que les personnes réfugiées sont bien préparées à intégrer la force de travail locale. Il assure un suivi de la bonne intégration des personnes réfugiées et prend en charge d’éventuelles formations complémentaires en emploi.


Site Refugeesatwork

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le travail social, porte-voix des sans-voix
Jeudi 24.09.2020
Par Marie-Christine Ukelo-Mbolo Merga
Migration et confinement 2. La pandémie a rendu les inégalités extrêmement visibles en Suisse. Mis en lumière aussi, le déficit d’accès aux droits les plus fondamentaux. Cette crise souligne la nécessité d’un travail social politique et solidaire.