Go Top

Colloque «Promouvoir la santé psychique des adolescent·e·s»

Mardi 17.03.2020
  • Date et horaire : mardi 17 mars 2020, de 8h30 à 16h50
  • Lieu : Lausanne, CHUV, Auditoire César-Roux
  • Entrée libre
  • Inscription obligatoire jusqu’au 9 mars en ligne. Le nombre de places étant limité, 
les inscriptions sont traitées par ordre d’arrivée.

Organisé par #MOICMOI et Santépsy, ce colloque intercantonal 2020, avec conférences et ateliers, est consacré aux diverses formes de vulnérabilités de l’adolescence.

Colloque Ado 2020

Le passage de l’enfance à l’âge adulte est le théâtre de développements majeurs et de multiples transformations, physiques évidemment mais également psychologiques, émotionnelles, sociales ou encore économiques. Cette période est reconnue de vulnérabilité et de grande perméabilité. Il est dès lors essentiel d’accompagner et de soutenir les adolescent·e·s afin de les aider à augmenter et renforcer l’ensemble de leurs ressources personnelles pour tendre vers un développement optimal, de faire face aux défis rencontrés et de profiter de la vie!


Conférences du matin

  • Conférence 1. La santé mentale des ados d’hier
et d’aujourd’hui. Par Philippe Stephan, pédopsychiatre
  • Conférence 2. Cerveau Ado : la clé pour changer les MENTAL-ités. Par Cherine Fahim, Dr en neurosciences, fondatrice d’Endoxa Neuroscience à Vaumarcus
  • Conférence 3. Favoriser le développement de la confiance en soi par l’agir : l’éclairage de l’approche centrée sur le développement 
du pouvoir d’agir des personnes et des collectivités (DPA-PC). Par Isabelle Soguel, psychopédagogue


Ateliers de l’après-midi

  • Adolescence - quo vadis ? Sortir des impasses grâce au coaching d’ados
  • Comment favoriser le pouvoir d’agir des adolescent·e·s ?
  • (Cyber-)harcèlement : voir l’invisible !
  • Et si on prenait un risque ?

  • L’impact des contenus partagés sur les réseaux sociaux sur la construction de son identité et de l’estime de soi
  • La prévention par les pairs, quels fonctionnements pour quels résultats ?
  • Le climat scolaire facteur de bien-être à l’école
  • Mon cerveau est mon meilleur ami : c’est la fourmi qui me l’a dit !
  • Prévenir les violences portant sur le sexe, le genre et la sexualité : comment accompagner la construction identitaire, développer des contextes soutenants et promouvoir la santé des jeunes ?
  • Renforcer les compétences psychosociales des élèves : les projets des écoles du Réseau21 du Tessin
  • Sommes-nous tous sous l’influence des médias pour devenir mr or miss perfect?
  • Vivre un espace d’écoute, de parole et de lien, et identifier l’apport d’une approche communautaire pour la santé psychique des adolescent·e·s


18 h Conférence tout public

  • «Ados sous pressions ? Ecole et famille, toutes et tous concerné·e·s»
  • Par Catherine Blaya, professeur en sciences de l’éducation à l’Université Nice Côte d’Azur (UCA), directrice du Laboratoire accrochages scolaires et alliances éducatives à la Haute école pédagogique du canton de Vaud


Avec la participation des Clownanalystes du Bataclown de Toulouse.


Colloque co-organisé par

  • #MOICMOI – programme de promotion de la santé, mené par les cantons romands et soutenu par Promotion Santé Suisse, qui vise à renforcer les compétences de vie au travers de la thématique de l’image corporelle et de l’estime de soi (Lire aussi : Tania Schindelholz, «Pour une image corporelle positive chez les ados», REISO, Revue d'information sociale, mis en ligne le 25 juin 2018)
  • SANTÉPSY.CH, campagne nationale de promotion de la santé psychique, menée par les cantons latins en partenariat avec la Coraasp (Coordination romande des associations d’action pour la santé psychique) et sur mandat de Promotion Santé Suisse.

Programme et inscription

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Pour agir contre le harcèlement entre élèves
Jeudi 27.02.2020
Par Marlène Charpentier
Le harcèlement concerne en moyenne un à deux élèves par classe. Ce phénomène a de quoi inquiéter. Une évaluation de la Cour des comptes genevoise met l’accent sur la nécessité du renforcement de la formation des enseignant·e·s.