Go Top

Conférence «Ohne Partizipation, ist keine Nachhaltige Entwicklung möglich»

Jeudi 05.03.2020
  • Date et horaire: jeudi 5 mars 2020, de 17h à 18h30 (attention, la date a changé)
  • Lieu : Fribourg, HETS, route des Arsenaux 16a, salle 3.13
  • Accès libre sans inscription
  • En allemand sans traduction. Possibilité de poser les questions en français

La Haute école de travail social Fribourg annonce la conférence «Ohne Partizipation, ist keine Nachhaltige Entwicklung möglich».

Participation HETS FR

Intervenants: Peter Stade und Bernard Wandeler, Professoren in der Hochschule Luzern Soziale Arbeit

Soziale Gerechtigkeit ist dann zu erreichen, wenn wir aus der Sozialen Arbeit für Teilhabesorgen. Partizipation ist in aller Munde. Beteiligungsprozesse professionell zu gestalten und begleiten ist aber gar nicht so einfach. Partizipationsräume sind zu klären und allenfalls erst zu schaffen und um dann erfolgreich zu sein, braucht es viel methodisches Fingerspitzengefühl. Prof. Peter Stade und Prof. Bernard Wandeler arbeiten seit vielen Jahren partizipativ in In- und Ausland und berichten wieso und weshalb sie erfolgreich sind und wo die Herausforderungen liegen.

Cette conférence s’inscrit dans le Cycle « Participation - Quand les publics du travail social contribuent aux projets qui les concernent : potentialités et limites ». La participation des publics constitue aujourd’hui une valeur centrale du travail social, en particulier celle des publics directement concernés par les interventions sociales. Elle est considérée comme favorisant la capacité d’agir des personnes ou groupes souvent fragilisés, ainsi qu’une meilleure prise en compte de leurs besoins. Elle est au centre de plusieurs projets de recherche et/ou de formation développés à la HETS-FR, en tant que posture épistémologique et approche méthodologique.

Programme complet

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Pour agir contre le harcèlement entre élèves
Jeudi 27.02.2020
Par Marlène Charpentier
Le harcèlement concerne en moyenne un à deux élèves par classe. Ce phénomène a de quoi inquiéter. Une évaluation de la Cour des comptes genevoise met l’accent sur la nécessité du renforcement de la formation des enseignant·e·s.