Go Top

Conférence La parole aux 65 ans et plus pendant le Covid

Mardi 06.10.2020
  • Date et horaire : mardi 6 octobre 2020, 17h45 – 19h15
  • Lieu : Lausanne, HETSL, Auditoire Pahud
  • Entrée libre

La Haute école de travail social et de la santé Lausanne (HETS) annonce la conférence sur l'enquête menée auprès des personnes de 65 ans et plus pendant le Covid.

Logo HETSL sans texte 200Le 16 mars 2020, le Conseil fédéral déclare l’état de «situation extraordinaire» à cause du coronavirus. Toute une série de mesures visent à limiter la propagation du virus et les personnes de 65 ans et plus, comme celles souffrant déjà d’une maladie, sont alors indiquées comme la population la plus à risque et sont priées de rester chez elles le plus possible.

La protection de cette tranche de la population est considérée comme une des priorités dans les différentes stratégies de la Confédération et des Cantons. Cet aspect est régulièrement répété dans les médias d’information qui n’hésitent pas à mettre en avant les « bons » et les « moins bons » exemples de comportements chez les seniors. Cependant, la « voix » des 65 ans et plus a été trop souvent absente lors des discussions et des débats publiques.

Sur la base de ces constats, du 17 avril au 30 mai 2020, le professeur Christian Maggiori, de la Haute école de travail social Fribourg, a réalisé une enquête en ligne pour essayer de mieux comprendre le vécu, les craintes et les attentes de personnes de 65 ans et plus au cœur de cette situation sanitaire extraordinaire. Il présentera les résultats de sa recherche lors de cette conférence ouverte à tous et toutes.

Public cible

  • Chercheuses et chercheurs
  • Enseignant·e·s
  • Etudiant·e·s
  • Proches aidant·e·s
  • Professionnel·le·s du travail social

En savoir plus

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Stratégie politique autour des toilettes publiques
Lundi 03.08.2020
Par Benjamin Grether
A Lausanne, la présence bien visible dans l’espace public des marginaux de la Riponne les met au centre d’un dispositif de contrôle social. Cette situation renforce leur précarité et influence nos représentations des addictions.