Go Top

La formation santé-social, un sésame efficace pour l’emploi

Jeudi 04.03.2021

Une étude menée à Genève a évalué l’efficacité de la qualification professionnelle en termes d'employabilité auprès des titulaires d’un CFC ou d’une AFP santé-social. Résultats ? Une grande satisfaction des sondé·e·s.

employabilite AFP CFC sante social

En automne 2020, 1'770 professionnel·le·s ayant suivi un cursus proposé par le centre de compétences de l’OrTra santé-social Genève ont reçu un questionnaire en ligne. Le but était d’évaluer l’efficacité de la qualification professionnelle en termes d’employabilité. Les formations prises en compte, suivies entre 2015 et 2019, concernaient les CFC d’assistant·e en soins et santé communautaire, d’assistant·e socio-éducatif·ive et l’AFP d’aide en soins et accompagnement. Près de 60% des personnes sollicitées ont répondu à l’enquête.

De manière générale, plus de 90% des répondant·e·s sont satisfait·e·s de leurs cursus de formation. Près de 87% d’entre elles et eux sont en emploi, sans variation notable entre les filières, les voies de qualification ou les autres paramètres socio-économiques. Seules 1,2% des personnes interrogées se trouvent en situation de précarité socio-professionnelle en ayant atteint leur fin de droit de chômage. L’étude permet donc d’affirmer que le niveau d’employabilité de cette cohorte AFP & CFC santé-social est excellent et que le "turnover" est resté modéré.

Environ 70% des professionnel·le·s sous contrat travaillent toujours chez le même employeur, dans la même fonction ou le même poste. La plupart d’entre elles et eux (72%) ont connu une valorisation financière ou obtenu une responsabilité plus importante. Parmi celles et ceux qui ont changé de patron·ne depuis la qualification, près de deux tiers occupent un emploi dans le même secteur. Pour 90% des sondé·e·s, l’avenir professionnel est consolidé et apparaît comme serein. Ces personnes se sont d’ailleurs senties confortées dans leur choix professionnel.

Des secteurs revalorisés grâce à la pandémie de COVID-19

Moins d’un tiers des interrogé·e·s disent avoir été significativement impacté·e·s sur leur taux d’occupation par la pandémie et une très grande majorité des postes ont été retrouvés après le premier confinement. Elle a aussi indiqué que le Covid-19 n’a pas eu d’effet significatif sur l’employabilité de cette cohorte.

La situation sanitaire a modifié la vision du métier pour 34% des enquêté·e·s, notamment en termes de souhait de formation et de perfectionnement (40%), de doute et remise en cause sur la vie privée et professionnelle (20%), sur des changements d’employeur ou des réorientations de secteur (20%). L’enquête a montré aussi que de nombreuses personnes se sont investies sans relâche pendant la pandémie, notamment celles impliquées en première ligne. En même temps, la volonté de se perfectionner et de continuer à se former est forte. Compte tenu de ce constat, le développement de la formation professionnelle supérieure (brevets et diplômes fédéraux) serait une piste à explorer pour ces professionnels·le·s.

L'OrTra santé-social Genève en quelques mots

L’OrTra santé-social Genève - exécutante de l’enquête - est une association tripartite, créée en 2008, qui regroupe des employeurs, des associations professionnelles et des syndicats des domaines santé-social. Ensemble, ils défendent les intérêts des métiers et des formations de ces deux branches. Selon la loi cantonale et la loi fédérale de 2012 sur la formation professionnelle (LFPr), les OrTras ont pour tâche d’assurer, autant que possible, une offre suffisante dans le secteur de la formation professionnelle, notamment dans les domaines d’avenir.

Télécharger l'étude « Employabilité actuelle des publics qualifiés AFP & CFC santé-social entre 2015 et 2019»

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Ecrire son mal-être pour sortir de sa bulle
Lundi 12.04.2021
Par Natasha Gautier, Anne Edan et Ludovic Bornand
Coucher sa détresse sur le papier puis lire son texte à voix haute, en groupe, peut aider les adolescent·e·s aux idées suicidaires à contrer leur sentiment de solitude. Deux participantes à l’atelier d’écriture de MALATAVIE se livrent.