Go Top

Conférence sur la maladie d’Alzheimer: le déni et les perceptions

Jeudi 27.02.2020
  • Date et horaire : jeudi 27 février 2020, 17h30 - 19h
  • Lieu : Lausanne, EESP, Salle B010, chemin des Abeilles 14
  • Entrée libre

La Haute école de travail social et de la santé · EESP · Lausanne annonce la conférence sur les perceptions des troubles dans la maladie d’Alzheimer.

«Au-delà du déni : expériences et perceptions des troubles des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer», par Veronika Kushtanina, maître de conférences en sociologie, Université de Franche-Comté (France).

D’un point de vue médical, le déni et l’anosognosie sont décrits comme symptomatiques de la maladie d’Alzheimer. Ils désignent le refus inconscient ou l’incapacité neurologique du patient à reconnaître ses troubles ou leur évolution. Veronika Kushtanina présentera les résultats d'une analyse compréhensive d’entretiens menés avec 20 personnes malades d'Alzheimer. Co-auteurs de la recherche : Frédéric Balard, Vincent Caradec, Aline Chamahian.La recherche a abouti à une typologie des expériences de la maladie d'Alzheimer qui prend en compte :

  • la perception globale du présent (satisfaisant vs insatisfaisant) ;
  • son évaluation vis-à-vis du passé (rupture vs continuité) ;
  • les projections dans l'avenir (confiance, inquiétude, fatalisme).

Un type de trajectoire négative, soit « une vie altérée par la maladie », s’oppose alors à deux types de trajectoires subjectivement positifs : « une vie améliorée/retrouvée » et « une vie inchangée ». Un quatrième type, « une vie en sursis » (le présent est perçu comme satisfaisant, mais les personnes malades ont une inquiétude profonde pour l’avenir), constitue un cas intermédiaire.


En savoir plus

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Pour agir contre le harcèlement entre élèves
Jeudi 27.02.2020
Par Marlène Charpentier
Le harcèlement concerne en moyenne un à deux élèves par classe. Ce phénomène a de quoi inquiéter. Une évaluation de la Cour des comptes genevoise met l’accent sur la nécessité du renforcement de la formation des enseignant·e·s.